21 novembre 2023

Meta lève le voile sur ses chatbots boostés à l’Intelligence Artificielle

L’Intelligence Artificielle (IA) générative n’en finit plus de nous étonner. Alors que OpenAI a annoncé des nouveautés avec l’arrivée de ChatGPT-4 Turbo, les géants de la Tech ont également pris le virage de l’IA. Après Snapchat et son chatbot My AI justement basé sur la technologie GPT, et Tik Tok avec Tako, c’est au tour de Mark Zuckerberg d’annoncer l’arrivée de MetaAI, le chatbot personnalisé de Meta pour Messenger, Instagram et WhatsApp.

Comment les chatbots utilisent l’IA pour créer des conversations et du contenu ?

Les chatbots, ou agents conversationnels sont des programmes informatiques en traitement du langage naturel (NLP) conçus pour simuler une conversation humaine. Grâce à des algorithmes d’Intelligence Artificielle, ils sont capables de comprendre les messages des utilisateurs et de formuler des réponses pertinentes.

Les origines du chatbot, une technologie devenue indispensable pour les entreprises

Dans les années 1950, 1960, le célèbre mathématicien et informaticien Alan Turing est le premier à poser les bases théoriques de l’IA en développant le test de Turing. Celui-ci évalue la capacité d’une machine à simuler un comportement humain de manière indiscernable. Le premier chatbot a été créé par Joseph Weizenbaum en 1966. Nommé ELIZA, le modèle simulait un psychothérapeute de l’école Rogerienne.

Dans les années 1990 puis 2000, avec l’avènement d’Internet, les chatbots se sont multipliés. Utilisés au départ pour des services de chat en ligne et de l’assistance virtuelle simple, ils trouvent aujourd’hui leur place dans de nombreux domaines, du service clientèle à la vente en ligne. Les entreprises misent désormais sur ces outils pour améliorer leur relation client, leur marketing et leur business.

Comment fonctionne l’Intelligence Artificielle d’un chatbot ? 

Pour comprendre les requêtes et fournir une réponse adaptée, les chatbots s’appuient sur des bases de données, des règles logiques ou des algorithmes d’IA, en fonction de leur niveau de complexité et de leur mode de fonctionnement. Les plus simplistes sont basés sur un arbre de décision et suivent une séquence prédéfinie de questions/réponses. D’autres analysent les mots-clés contenus dans la requête de l’utilisateur, et cherchent à y associer une réponse préenregistrée.

Dans le cas d’un chatbot contextuel, c’est l’Intelligence Artificielle, avec le NLP et la génération automatique de langage, qui permet d’interpréter la requête de l’utilisateur. Le bot va pouvoir identifier l’intention et le contexte, puis produire une réponse de manière personnalisée. Les modèles actuels sont capables d’apprendre de leurs interactions avec les utilisateurs, et d’adapter leur comportement.

Le chatbot personnalisé de Meta, une technologie innovante et créative au service des utilisateurs

Alors que OpenAI, Google et Microsoft se sont déjà lancés dans la course aux outils génératifs depuis plusieurs mois, le monde de la Tech attendait la réponse de Meta sur le sujet. Le 27 septembre 2023, lors d’un évènement dédié aux développeurs, Connect, Meta a présenté ses dernières innovations en matière d’Intelligence Artificielle générative. Mark Zuckerberg a notamment annoncé l’arrivée d’un chatbot personnalisé pour les messageries de ses réseaux sociaux, Facebook Messenger et Instagram ainsi que pour WhatsApp.

Le bot est alimenté par un algorithme personnalisé exploitant la technologie de Llama 2, le modèle de langage open source développé par l’entreprise. Un partenariat avec Bing de Microsoft, alimenté par ChatGPT-4, permet à l’agent conversationnel Meta AI d’accéder aux informations sur le web en temps réel.

Le chatbot de Meta, une expérience innovante dans le traitement du langage naturel

Le groupe a misé sur la créativité, avec 28 chatbots incarnés par des personnages virtuels, dont certains inspirés de célébrités. Les utilisateurs peuvent les suivre sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Leurs profils, gérés par Meta, proposent des publications incluant des images générées par le modèle d’IA Emu. On retrouve ainsi :

  • Coco, une passionnée de danse sous les traits de l’influenceuse Charli D’Amelio ;
  • Billie, votre future meilleure amie interprétée par la mannequin Kendall Jenner ;
  • un maître du donjon en la personne du rappeur Snoop Dogg ;
  • Bru le malicieux commentateur sportif par le quarterback Tom Brady ;
  • Tamika, une Sailor Senshi fan d’anime, jouée par la championne de tennis Naomi Osaka ;
  • Amber, la détective qui résout les romans policiers, incarnée par l’héritière Paris Hilton.

Ces chatbots sont conçus pour être amusants et interactifs. Toutefois, leur usage reste limité aux thématiques qu’ils incarnent. Contrairement à Meta, AI, ils n’ont pas accès au web en temps réel. Ils ne peuvent donc pas fournir de résultats fiables aux requêtes trop complexes ou hors de leur domaine de spécialité. De plus, les IA ne parlent pas, mais répondent par message sous forme de texte, ou avec des images. Pour l’heure, les chatbots sont disponibles uniquement aux États-Unis en version bêta.

Que peuvent faire les utilisateurs avec le chatbot Meta ? 

Les utilisateurs vont pouvoir obtenir des conseils sur les animaux de compagnie de la part de Becca, par exemple. Ils peuvent également demander des recettes de cuisine à Max, sous-chef expérimenté, incarné par le chef cuisinier américain Roy Choi. Sur Messenger et WhatsApp, l’IA peut aussi intervenir dans une conversation de groupe. Le bot pourra ainsi participer au choix d’un menu ou donner des idées de sortie ou d’activité en groupe par exemple.

Comment le groupe prévoit-il de faire évoluer le concept de chatbots personnalisés ?

La société Meta ne compte pas s’arrêter aux robots conversationnels. L’entreprise ambitionne de placer la création d’IA à la portée de tous. Durant le Connect, elle a présenté l’outil AI Studio, une plateforme permettant aux entreprises, créateurs et développeurs de créer leurs propres IA. Une sandbox (environnement de test) a été annoncé pour 2024. Elle devrait se déployer par la suite dans le métavers.

Ainsi, les entreprises seront en mesure de former leurs propres chatbots personnalisés sur des ensembles de données uniques. Il s’agira d’une expérience client inédite et d’une stratégie marketing innovante. Cela pourrait améliorer le taux d’engagement des utilisateurs et présenter une nouvelle source de business. Les clients seraient en mesure de trouver des informations et du contenu plus facilement sans avoir à parcourir Internet et donc sans quitter le réseau social.

L’expérience pourra également s’étendre au métavers, à travers les lunettes connectées Ray-Ban ou sur le Meta Quest 3. Bien que la plateforme n’ait pas encore obtenu les résultats escomptés, la société de Mark Zuckerberg continue de miser sur le monde virtuel.

D’une conversation avec ChatGPT à un bot sur les réseaux sociaux Messenger et Instagram, l’IA n’en finit plus de faire parler d’elle. Son influence s’étend sur tous les domaines. Posséder des compétences dans le secteur peut donc devenir une stratégie gagnante. Par exemple, un programme comme le Mastère en Intelligence Artificielle et Big Data d’IA School permet d’acquérir à la fois des compétences techniques et business.

Découvrez le campus de Nantes de l’IA School, l’école de l’Intelligence Artificielle et du Management. Des formations formant aux métiers d’avenir de BAC+1 à BAC +5.

Plus

d'articles

23 avril 2024

Retrouvez l’interview de Coline Alberti, étudiante en deuxième année de Mastère à l’IA School sur le campus d’Aix-en-Provence. Pourquoi Coline […]

19 avril 2024

De la santé à la finance en passant par l’automobile, l’intelligence artificielle (IA) a révolutionné de nombreux domaines. Cependant, cette […]

3 avril 2024

Vous avez envie d’en savoir plus sur la tech ? alors voici 3 films qui vous intéresseront tout particulièrement ! […]

2 avril 2024

Retrouvez l’interview de Pompilio Fanelli, formateur en Data Visualisation pour l’IA School sur le campus de Bordeaux.   Le parcours […]

21 mars 2024

Si nous voulons comprendre l’ampleur de la biodiversité marine et savoir comment elle pourrait être en danger, nous devons d’abord […]

14 mars 2024

Selon la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), 72 attentats ont été déjoués depuis 2012. Mais, ces résultats ne […]