fbpx

IA SCHOOL

Et si l’IA sauvait des vies ? Des start-up confirment !

Et si l’IA sauvait des vies ? Des start-up confirment !

Loin de l’idée de remplacer les professionnels de la santé par des robots, l’intelligence artificielle vise plutôt à leur offrir un moyen de mieux appréhender le diagnostic et le traitement des patients. L’IA permet de détecter plus rapidement les sources d’une maladie, d’estimer la durée de vie d’un patient ou encore de réduire les erreurs de faux diagnostics. Médecine et Big Data travaillent ensemble pour sauver des vies. Ces quelques start-ups vous le confirment.

Google : identification des risques de maladies cardiaques

Le géant Google a récemment développé une IA qui a pour but de simplifier l’identification des risques de maladies cardiaques en effectuant un scan de la rétine d’un individu. En insérant près de 280 000 résultats obtenus par scanner, la machine intelligente a appris à déterminer avec plus de précision les données sanitaires des personnes malades au fil des années. On citera notamment l’âge, s’il fume ou non ainsi que la tendance de sa tension artérielle.

Aujourd’hui, les progrès du Machine Learning lui permettent d’indiquer les éventuels risques d’attaques cardiovasculaires.

Creative Commons : détecter des maladies rares grâce à une base de données d’ADN

En 2017, la start-up suisse a dépensé 30 millions de dollars dans la mise en place d’une base de données d’ADN. Cette dernière aide apparemment les professionnels de la santé à mieux détecter des maladies rares difficiles à diagnostiquer. Les médecins l’utilisent actuellement dans la recherche de caractéristiques moléculaires spécifiques qui dénoncent la présence d’une maladie congénitale ou d’une tumeur. Aux dernières nouvelles, l’alternative médicale de Creative Commons analyse en moyenne 8000 ADN de patients.

MedyMatch : réduire les erreurs de diagnostic sur les AVC

Afin de réduire les nombres d’erreurs faites concernant le diagnostic de patients atteints d’AVC, MedyMatch débloque 2 millions de dollars. Cet argent a servi à avancer les recherches basées sur l’intelligence artificielle dans l’optique d’identifier au mieux la nature d’une maladie cardiovasculaire.

Les médecins affirmant qu’il existe deux grandes catégories d’AVC, les traitements à pouvoir ne sont pas les mêmes dans les deux cas. Ainsi, face à l’urgence des soins, près de 30 % des professionnels soignants effectuent accidentellement de faux diagnostics selon les dires de Michael Rosenberg, cofondateur de MedyMatch.

La technologie nouvellement mise au point permet d’identifier de manière plus facile et plus rapide de quel type d’AVC s’agit-il en comparant les symptômes auxquels les patients sont sujets. Elle repère avec une précision fascinante les zones atteintes du cerveau.

Wikimedia Commons: une estimation de la durée de vie d’un patient

Est-il possible d’estimer la durée de vie d’une personne malade ? L’intelligence artificielle ne connait pas de limiter et peut désormais le prédire d’une manière surprenante. Wikimedia Commons souligne cette idée, une possibilité envisageable en associant les résultats d’un scanner à un algorithme intelligent du Big Data.

L’objectif à long terme est de diminuer les pertes de temps dans des traitements imprécis et par la même occasion pouvoir intervenir à temps avant qu’il ne soit trop tard.

Owkin : découvrir des traitements efficaces pour éradiquer le cancer

En 2016, un médecin cancérologue décide de faire équipe avec un mathématicien français pour créer Owkin. La start-up se dédie à l’exploitation de l’IA dans la recherche de traitements efficaces contre le cancer. D’une manière plus précise, son objectif est de fournir des informations essentielles aux médecins-chercheurs qui traitent des patients cancéreux. Pour ce faire, les deux génies ont créé une plateforme où ces derniers pourront trouver des réponses concrètes aux questions qu’ils peuvent se poser.

La plateforme ingénieuse en Data Analyst répertorie actuellement plus de 10 millions de dossiers appartenant à des milliers de patients atteints de différents cancers. Fiables, ces dossiers peuvent servir de base d’informations afin de fournir des soins plus appropriés et ainsi obtenir de meilleurs résultats pour traiter le cancer. La start-up a pu les obtenir suite à un accord passé avec l’ICP ou l’Institut Curie de Paris.

Selon Thomas Clozel, cofondateur de Business Insider France, cette plateforme a pour mission non pas d’accélérer les diagnostics, mais plutôt de répondre aux questions importantes axées vers de nouvelles cibles thérapeutiques. Il cite notamment le traitement du cancer des poumons par l’immunothérapie.

DeepMind : détecter les signaux annonciateurs d’une santé qui se dégrade

Le laboratoire intelligent de Google, DeepMind a comme nouveau projet d’améliorer les moyens de détecter les signaux spécifiques annonçant une santé qui se dégrade. Suite à la détection de ces signaux, il sera bien plus facile pour les médecins d’intervenir à temps et par la suite augmenter les chances de survie. À ses débuts, la Machine Learning va analyser près de 700 000 dossiers.

Durant les prochaines années, DeepMind estime que ce concept va révolutionner l’approche médicale dans les centres hospitaliers d’au moins 10 %. L’observation précise qui découlera de son exploitation permettra par exemple de déterminer les risques d’effets secondaires issus d’une opération ou d’un traitement en particulier.

Vous souhaitez vous former en Big Data et Intelligence Artificielle ?
Découvrez nos formations !

Fermer le menu