fbpx

IA SCHOOL

Assistants vocaux : ces outils du quotidien (et du confinement) !

Assistants vocaux : ces outils du quotidien (et du confinement) !

L’ère des assistants vocaux

Parler à sa maison pour effectuer toutes sortes de tâches quotidiennes : ceci n’est pas le pitch d’une nouvelle série de science-fiction mais bien la nouvelle ère des assistants vocaux qui s’offre à nous, et qui est en train de révolutionner notre quotidien. En 2018, le marché a passé un cap aux États-Unis, en atteignant les 20% de foyers équipés d’un assistant vocal. Ce chiffre continue de monter, et il devrait même atteindre les 55% à l’aube 2025.

En effet, cela fait plusieurs années que les entreprises IT parient sur la voix comme outil d’interaction avec les supports numériques. Après le geste (avec l’écran tactile) qui impliquait une pratique sédentaire, la voix permet d’être mobile et de se déplacer tout en effectuant des tâches simples : allumer la lumière, régler le chauffage, demander des informations sur le temps. Tout ceci grâce aux assistants vocaux. Les grands noms de la Tech l’ont bien compris, et se livrent une bataille sans merci pour garder leurs parts de marché : Google et Amazon en tête, suivis par Apple.

Comment fonctionnent les assistants vocaux ? 

Les assistants vocaux sont des assistants personnels, connectés à des bases de données, des serveurs ou applications, et qui servent d’intermédiaires entre les données et l’humain. Ils existent pour donner des informations, et effectuer des tâches simples (tout du moins, pour l’instant…) 

Il y a deux façons d’interagir avec un assistant vocal :

  • La première, en lui posant une question directe, type “Alexa, qui a peint la Joconde ?”  L’assistant vocal retranscrit en texte votre parole, puis il transmet cette transcription à un moteur de recherche, qui lui renvoie la réponse. L’assistant vocal synthétise alors vocalement cette réponse pour vous.
  • La deuxième, en lui donnant un ordre, type “Alexa, passe cette musique”. Dans ce cas, l’assistant vocal doit interpréter et comprendre le sens de la phrase. Il lance donc un processus de traitement automatique de langue, qui fait appel à un processus d’Intelligence Artificielle. Afin de réaliser l’action souhaitée, l’assistant vocal doit être en mesure de reconnaître les mots, les structures de phrases employées, mais aussi les sens possibles de la phrase.

Si les possibilités sont pour l’instant limitées, on peut compter sur la puissance de l’Intelligence Artificielle et son développement exponentiel pour que ces assistants vocaux puissent répondre à des demandes de plus en plus complexes dans les années à venir.

Les assistants vocaux, une guerre de géants

Le premier sur le marché a été Amazon, avec Alexa et son assistant vocal Echo. Le lancement s’est fait cinq ans avant tout le monde et cela a permis à Amazon d’empocher le statut de leader.

Google a lancé quant à lui son Google Assistant et Apple Home. Ils grignotent peu à peu des parts de marché, au prix d’une guerre d’influence ardue !

En Chine, les deux géants que sont Alibaba et Baidu sont les principaux acteurs de cette lutte pour imposer leurs assistants vocaux dans tous les foyers chinois.

Pour information, le secteur de la domotique et des maisons connectées était évalué à 7 milliards de dollars en 2018 en Chine. Car si on parle d’enjeux et de progrès technologiques, qui font appel à l’Intelligence Artificielle, il y a aussi un énorme enjeu économique pour toutes ces firmes. Toutes ces entreprises se livrent une bataille sans merci, et développent de nombreux produits compatibles avec leurs technologies vocales : éclairages pour la maison, téléviseurs connectés, serrures et alarmes connectées, etc… Ces produits connectés peuvent être commandés par la voix, et donc via les assistants vocaux.

smart home

Assistants vocaux :  l’exception française

Et oui, en France, on préfère ne rien faire comme les autres, et le sujet des assistants vocaux nous le démontre. Sur le territoire français, ce sont les assistants vocaux de Google et Apple qui sont le plus plébiscités. Mais même si tout le monde sait ce qu’est un assistant vocal, en avoir un à la maison est loin d’être la norme, en tout cas pour l’instant.

Le marché est en plein développement, ce qui poussent des start-up françaises à proposer leurs propres produits Made in France. Avec une volonté commune dans la création de ces assistants vocaux : un outil de reconnaissance vocale qui fonctionne à l’aide d’une Intelligence Artificielle, certes, mais qui respecte la vie privée de ses utilisateurs avant tout !

C’est le cas par exemple de LinTo “l’assistant numérique vocal open source et “GAFAM free” conçu pour respecter la vie privée” créé par la société Linagora. Ou encore Snips (rachetée par Sonos), une technologie 100% embarquée qui n’a pas besoin de connectivité pour fonctionner – et donc n’envoie pas ses données dans le Cloud.

Les métiers de l’Intelligence Artificielle vous passionnent ? Découvrez nos formations !

Fermer le menu